Au service des lignes…

Jérôme Caramalli. Son nom évoque le sud, le soleil... et c'est prédestiné car Jérôme travaille beaucoup sur Nice et ses alentours.

Celui qui se définit à la fois comme un artiste et un architecte-artisan décrit sa vie comme étant une succession de fulgurances. C’est joliment dit et ça nous donne tout de suite envie de nous immerger dans son univers créatif. Découverte.

 

jerome caramalli travaille la répartition des espaces

Rénovation totale d’une villa des années 80 sur Nice par Jérôme Caramalli.

Quelle formation avez-vous suivi initialement Jérôme ?

C’est simple, j’ai composé mon parcours comme on assemble un puzzle. J’ai commencé par un CAP de potier pour ensuite m’orienter vers la céramique d’art. J’ai rapidement trouvé intéressant de faire de la création en l’appliquant au monde du bâtiment. Vous savez, dans le sud, je suis à côté de Vallauris. Parler de Vallauris, c’est parler de l’âge d’or de la poterie avec Derval ou Ramié, des grands noms que j’admire.
J’aime le travail de la matière et n’hésite pas à mettre en application de la lave émaillée sur un plan de travail de cuisine par exemple…

Vous nous montrez que vous aimiez vous approprier l’espace… c’est la base de votre approche ?

Quand j’arrive dans un lieu, je me mets automatiquement en mode « découverte »….  J’ai besoin de prendre du recul afin de voir ce que je vais pouvoir faire, comment je vais pouvoir transformer et réveiller les perspectives. J’essaie tout de suite de détecter les points de fuite pour définir en amont où seront situées mes ouvertures…  Je veux avant toute chose transmettre la sensation que tout est visible à 360 degrés. A partir de là, je cloisonne mais le visiteur aura une perception globale que ce soit pour un studio ou une villa.

 

Jérôme part du principe que les murs sont faits pour s’effacer quand il le faut afin de privilégier la lecture des perspectives.

Mélangez-vous les styles ?

Absolument, je respecte les styles. Vous savez quand vous débutez un projet, il ne faut pas arriver seulement avec son expertise professionnelle. Il faut discuter avant toute chose avec le client. Le client a son histoire, ses objets et ses meubles ainsi que sa sensibilité esthétique. J’ai un respect énorme pour tout ce background. Je conserve leur âme et je compose en y intégrant mes éléments. J’harmonise l’ensemble et sur le choc des styles, le staff m’aide énormément pour finaliser ma partition.

Les tendances de demain côté staff selon vous ?

C’est le soubassement. Sans aucune hésitation ! Mes clients m’en réclament beaucoup en ce moment.

Votre produit coup de cœur chez Staff Décor ?

Je suis une sorte de caméléon qui aime explorer les matières. Forcément, je suis tombé sous le charme délicat du staff…. Je vis un projet en mode « Conceptualisation globale« . Je vous exprime cela maintenant car dans cette même logique, les pièces que je préfère chez vous sont à fortiori les corniches et les doucines.

Faux-plafond en staff réalisé par Jérôme Caramalli et ses équipes sur Menton.

Zoom sur une rénovation matinée de corniches,
moulures et faux-plafond en staff…

 

Quelles sont les éléments décoratifs que vous souhaitez toujours intégrer à vos projets?

J’ai des signatures bien à moi que j’aime intégrer sur les portes des placards ou les miroirs polymiroirs – et même des graffitis que je propose dans l’agencement intérieur. J’aime laisser entrer ma touche artistique chez mes clients quand ils en ont envie.

Votre objet iconique ?

A dire vrai, j’en ai plusieurs mais j’aimerai m’arrêter sur le fauteuil Bibendum d’Eileen Gray. Elle a fait des choses remarquables pour le design et était tout particulièrement avant-gardiste. Dessiner de tels lignes en 1930, c’est tout simplement  incroyable.

Eilleen Gray signe le Bibendum en 1930.

Vos bonnes adresses à Nice ?

Alors pour un shopping d’objet design, Kartell, sans hésiter.
Harmonie pour leurs papiers peints Zuber & Cie.
Et si je veux flâner dans le quartier du port, Chez Pipo où la Socca n’en finira pas de titiller votre palais !
Pleins d’autres adresses à vous partager. Notre Nissa Bella n’est-elle pas la citadelle de toutes les merveilles ?

 

Envie contacter sans plus attendre Jérôme pour vos projets sur la côte ?
Rendez-vous sans sur Casavog !