Designer d’intérieur : Portrait d’une reconvertie !

 

Mélissa Amil a accepté de nous recevoir et de partager avec nous, au-delà de ses crushs déco côté staff ou coté tendance 2021, son virage à 360° pour devenir décoratrice ou designeuse d’intérieur… c’est selon ! Plusieurs mots pour un même job qui a tendance à faire rêver plus d’un ou plus d’une. Et pourtant… attention aux vocations « hobbies », Mélissa nous explique les pièges à éviter.

Entre formation à l’école Boulle et goût immodéré pour le bien-être de ses clients, focus sur une trentenaire qui n’a pas froid aux yeux !

Corniche D575

Portrait d'une reconvertie

Corniche D575

 

 

« Après une expérience de plus de 10 ans dans la Marine, j’ai voulu changer de métier et je me suis cherchée… j’ai eu plusieurs pistes, je me suis beaucoup remise en question. Je savais que mes envies d’indépendance et de création prenaient le dessus et qu’il fallait que j’écoute cet appel. La déco pour moi servait automatiquement à montrer ce que j’avais dans la tête et à exalter mon univers imaginatif pour après pouvoir le mettre en œuvre.

J’ai suivi deux formations. La première, assistante de gestion PME-PMI pour pouvoir créer ma propre structure. Et puis j’ai cherché la bonne formation dans la décoration d’intérieur. Je voulais quelque chose de solide et de cohérent. Mon mari m’a parlé de la formation du Greta CDMA de l’Ecole Boulle à Paris  avec l’idée de me faire financer et la formation et le logement sur Paris. Je pense que si j’ai pu intégrer cette école, c’est parce que la coordinatrice a décelé ma grande motivation.
C’est une formation de 120 jours qui coûte 10 000 euros. Si on n’a pas la gagne, ça ne sert à rien de postuler !

Je suis sortie certificat en poche, j’ai fait mes statuts avec une amie, j’ai fait faire mon logo, et me suis équipée en matériel informatique. J’ai rencontré des réseaux humains : Entreprendre au féminin, Bouge ta boite puis développer des réseaux sociaux en complément de mon site web.

J’ai dû être persévérante, y croire et m’accrocher à mes premiers clients… mais c’est venu et aujourd’hui, je suis super épanouie ! »

Petits conseils et grande sagesse

Visuels de la galerie :
Soubassement 9021 et cimaise 9315C pour le premier visuel
Rosace M501 sur le second
Moulure ornementée 1111 pour le dernier.

Mélissa a partagé en off avec nous les histoires cocasses de ses débuts avec ses clients, ses déconvenues et son questionnement.
Le quotidien de ceux qui se lancent en fait. On passe par des hauts, par des bas pour réussir enfin à trouver son équilibre de vie entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle aux arômes de liberté.

La liberté, oui, mais il faut avant tout avancer en gardant la tête froide.

 

Les quelques conseils de Mélissa :

Ecouter avec ses yeux

Pour la jeune designeuse, le bonheur d’un projet n’est pas dans la projection de son propre goût, au contraire !

« On est confronté à des gens qui n’aiment que le blanc alors que nous, on aime la couleur… alors comment on fait ? On leur propose des papiers peints fleuries et estivaux ? Non bien sûr, on se lance et on n’a pas peur de s’oublier. Notre goût reste là. Il faut juste l’adapter. On apprend à écouter avec nos yeux. Il faut aimer la psychologie et les rapports humains pour faire ce métier. Ce n’est pas le : ” J’adore la laine bouclée, c’est top tendance en 2021″ qui fera de nous un professionnel intéressant pour le client. On est dans une approche bien plus complexe qui nous propulse dénicheurs de l’intime. Si notre passion se tourne vers notre nombril, c’est qu’on ne fera jamais bien notre boulot ! ».

 

Rosace M501

Une affaire de staff

Il y a 3 ans, Mélissa venait à l’Ecole de formation de Staff Décor.
Les yeux remplis de rêves en staff, sa démarche avait alors essentiellement pour objectif de se familiariser avec un matériau auquel elle croyait déjà tout particulièrement.

« J’ai besoin de savoir de quoi je parle quand je travaille avec un matériau ! J’assure comment mon suivi de chantier si je ne comprends pas la plus-value qu’apporte le matériau ? Je pense que tous les professionnels devraient par ailleurs avoir cette même démarche. Pour être bon dans ce que l’on préconise au client, il faut en comprendre les contraintes techniques. »

Sur les visuels : Corniche D575

Celle qui a connu le staff en rencontrant les équipes de Staff Décor sur un salon, nous explique que son coup de cœur pour le matériau s’est avant tout opéré suite à des séjours parisiens où elle ressentait dans l’Haussmannien un enchantement singulier.  Aux endroits qu’elle estime dépourvus de l’âme ou du charme de l’ancien, elle ajoute désormais quelques pièces de staff : « Le staff apporte quelque chose en plus. Après, j’essaie de l’utiliser subtilement sans surcharger les espaces afin de bien mettre en valeur chaque élément que j’ajoute. Le staff donne du caractère et joue de lui-même avec les effets de clair-obscur. Il joue avec la lumière sans avoir besoin d’avoir recours à la couleur. Pour travailler les plafonds, c’est l’idéal ! ».

La réalité des choses

 

 

Corniche D575

Budget moyen du client faisant appel à un/e designer/euse :

+/- 40 000 euros en moyenne.

Attention :
> Pour ce prix, le client peut avoir plusieurs profils ou demandes différentes.
Il peut certes s’agir d’un client ne souhaitant avoir qu’une prestation comportant de l’ameublement ou de la décoration mais il peut aussi s’agir d’autres cas de figures. Un client désireux de réaliser la rénovation totale de certains espaces de son domicile et les cartes sont alors fortement redistribuées. On privilégiera toujours ce qui semble indispensable tel qu’un solide réseau de plomberie à un papier peint de qualité qui viendra magnifier un mur… parfois pas le choix. Dans le pire des cas, à ce tarif là… on vous demandera tout simplement une extension et votre mission deviendra forcément plus ardue.

Quelques petits trucs à savoir sur madame Amil...

“Aujourd’hui encore d’ailleurs, je prends un immense plaisir à faire mes supports graphiques à l’aquarelle, pour avoir de jolis rendus. J’aime présenter à mes clients quelque chose de premium. Je considère que leur demande l’est forcément.”

 

> Ses Marques de prédilection

Cinna
Matière Grise
Harto Design
TIPTOE
BROKIS
CVL
– marque de luminaires haut de gamme – 
Cole & Son®
Wall&deco

 

> A propos…

Endroit où vous rêvez d’aller :
J’en ai pas. Peu importe l’endroit à partir du moment ou je suis bien accompagnée. Bon, j’aimerai bien quand même le Costa Rica. La décoration y est naturelle.

Si vous étiez une époque :
Je pense que dans chaque époque il y a du bon et du moins bon. L’époque de mes anciens. Celle de mes grands-parents.

Votre plat préféré ?
Comme tout le monde ici, le Kig ha farz ! – Plat traditionnel breton, ndlr. 

Le projet que vous détesteriez que l’on vous confie ?
Aucun. Tant qu’il y a du challenge, j’y vais !

L’architecte que vous admirez le plus ?
Pascal Adam ! Il est doué, il est libre, il travaille 6 mois à la montagne, 6 mois à la mer. Bref, j’adore son état d’esprit.

Pour contacter Mélissa

Mélissa et Nuances Habitats travaillent de concert autour d’un partenariat riche et stimulant depuis quelques mois déjà.
C’est donc tout naturellement dans leur showroom de Landerneau que vous pourrez l’y rencontrer directement !

Showroom Amil M Design & Nuances Habitat
2 Rue Lafayette, 29800 Landerneau
06 71 96 39 08
Compte Insta de Mélissa Amil

Site web